Eugène Onéguine

.

Une fois de plus, j’interprète le rôle de Tatiana. Cette fois, c’est pour le CD qui vient de paraître aux éditions Thélème ; Daredjan Markowicz, qui connaît pas cœur les six mille cinq cents vers du roman de Pouchkine, dit le texte en russe, et André dit sa traduction en venant s’appuyer sur les sonorités du russe.

C’est une belle expérience, et qui s’inscrit à point nommé dans les polémiques actuelles sur la traduction : reprenant sans fin la même vieille argumentation, des traducteurs que l’on pourrait dire institutionnels assurent que les textes en vers doivent être transposés en prose ou en vers libre (lequel vers libre n’est que de la prose) car respecter la forme du texte original ne serait qu’une singerie contraire au bon goût français. Il suffit d’écouter le CD pour constater que c’est faux.

.Le 

Ce contenu a été publié dans André Markowicz, Poésie, Traduction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Eugène Onéguine

  1. JFB dit :

    C’est un très beau document, une lecture simple et sincère, naturelle et touchante ; je regrette juste que le découpage en fichiers n’ait pas été réalisé plus finement…
    Soyez sûre en tout cas que vos travaux de traduction, comme ceux d’André Markowicz, constituent de précieux modèles.

    • Françoise Morvan dit :

      Vous avez raison, le découpage aurait dû être mieux pensé. Mais enfin, c’était une belle expérience… Surtout merci pour votre message qui nous a permis de découvrir vos traductions. Je ne peux que recommander à mes lecteurs d’aller voir votre site :

      http://laquinteduloup.fr

      Au moment où s’enflent les attaques contre les misérables qui ont le front de ne pas traduire les vers en prose, il est réjouissant de lire votre traduction des sonnets de Shakespeare…

      http://laquinteduloup.fr/shakespeare/sonnets

      Bien amicalement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *