Délégation de la Culture à la Bretagne

Ce qui est remarquable dans la manière de faire passer le démantèlement du service public est l’enrobage, l’agréable emballage façon cadeau de Noël : « la façon de donner vaut mieux que ce que l’on donne », disait ma grand-mère, proverbe qui m’avait encore valu de me faire mal voir lorsque j’avais six ans car j’avais fait observer que c’était un proverbe bien fait pour les radins. En l’occurrence, si nous avons tous été dupés — et les Bretons en premier lieu, puisqu’on a bien pris soin de dissimuler dans toute la mesure du possible ce que contenait le merveilleux quoique mystérieux cadeau qui leur était offert sous le nom de 3 CB (nom de code destiné à ne pas prononcer le mot « délégation » qui aurait pu susciter des protestations) — les autonomistes, pour leur part, ont été servis.

Une opération en deux étapes : première étape, délégation de la Culture avec séjour de la ministre venue rendre hommage aux Transmusicales, inaugurer une médiathèque et, comme par inadvertance, abandonner à la Région le livre, l’audiovisuel et les langues (pas toutes les langues, juste les langues à conserver comme patrimoine, le gallo et le breton).

Deuxième étape, célébration par le Premier ministre du premier anniversaire du Pacte d’avenir et discours d’allégeance aux autonomistes avec hommage au gwenn-ha-du, drapeau antirépublicain par excellence.

Gwenn-ha-du

Ce contenu a été publié dans Bretagne, histoire, Le monde comme si, monde comme si, nationalisme, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *