« Le Monde comme si » : nouvelle réédition

Le Monde comme si est paru en novembre 2002. Pour la couverture, j’avais choisi une photo que j’avais prise en voyant passer sous ma fenêtre les invités de rencontres folkloriques organisées par la mairie de Rennes. Ces gens déguisés en Bretons qui défilaient dans les plis de leur drapeau figuraient si bien le sort assigné aux indigènes par le lobby autonomiste breton que je n’ai pas cherché d’autre image : la marche en avant, les lunettes fixées sur la ligne bleue de l’avenir promis aux vrais Bretons fiers d’être bretons, et surtout le drapeau, le sinistre drapeau noir et blanc, partout proliférant… Oui, tout y était, y compris cette invite consensuelle à faire comme si et jouir à loisir du plaisir du faux.  

*

Les nationalistes, je ne l’ignorais pas, bénéficiaient d’un staff d’avocats rôdés (grâce à l’activisme des terroristes du FLB) à défendre leurs clients, vite offusqués par la moindre atteinte à leur considération, en tout premier lieu par le rappel de faits amnistiés (attentats et autres actions glorieuses dont ils se vantaient à l’intérieur du sérail mais qui, ayant été amnistiés, ne pouvaient plus être mentionnés). Vérité glorieuse à l’ouest, atteinte diffamatoire à l’est : nombreux ont été les journalistes condamnés pour avoir rappelé des faits parfaitement exacts mais amnistiés au détour d’une élection par le lâche fait du prince. Amnistiés au nom du peuple français tant haï, les militants pouvaient continuer leur combat en toute impunité, soutenus par des avocats qui trouvaient là une activité lucrative. Nous avions donc pris soin de faire relire deux fois cet essai, et nous n’ignorions pas quels angles d’attaque les nationalistes risquaient de trouver. 

Au bout de trois mois, nulle assignation. Seul Alan Stivell menaçait d’agir en justice si la photo qui le représentait en scout Bleimor (scouts nationalistes intégristes rattachés aux scouts d’Europe) n’était pas supprimée. Là encore, vérité glorieuse à l’ouest, atteinte diffamatoire à l’est : Stivell, qui avait été heureux de publier ce cliché dans un article à sa gloire, se sentait soudain atteint dans son honneur et sa considération. 

Le premier tirage du livre étant épuisé, nous avons décidé en décembre de procéder à une réédition en supprimant la photo. C’était dommage : elle montrait des scouts Bleimor en tenue évoquant celui des miliciens de la grande époque ; à la tête de Bretons en costumes folkloriques défilant sous un vaste gwenn-ha-du, ces scouts (âgés, comme Stivell, d’une bonne vingtaine d’années – il ne s’agissait pas d’innocents bambins enrôlés dans les scouts identitaires par des parents d’extrême droite) portaient une gigantesque croix. C’était le juste pendant de l’image que j’avais choisie pour couverture du livre ; tout y était : le catholicisme intégriste en arrière-fond de la revendication ethniste telle qu’issue des origines du nationalisme et exprimée par le répertoire de Stivell – ainsi, entre autres, « An Alarc’h », chant de guerre vibrant de haine de la France – un chant inventé par le vicomte Hersart de la Villemarqué, le père du nationalisme breton :

.

Din din daon ! dann emgann ! dann engann ! 

O din din daon ! dann engann a eann ! ”

.

 “Heureuse nouvelle aux Bretons, malédiction rouge aux Français”

Le seigneur Jean est de retour, il vient défendre son pays ; nous défendre contre les Français qui empiètent contre les Bretons”

 “Tenons bons, Bretons ! Ni merci ni trêve ! Sang pour sang ! ”

Les loups (de Bretagne) à l’odeur des Français hurlent de joie

.

Din din daon ! au combat ! au combat ! 

O din din daon ! je vais (ou plutôt : j’on va[1]au combat ! ”

.

Cette photo était une belle image de la reconquête de l’Europe chrétienne via l’Europe des ethnies voulue par Dieu – le projet même du fondateur de l’Institut de Locarn – et le néobardisme de Stivell se condensait là en une image qui prêtait à réfléchir : on conçoit qu’il ait pris conscience qu’elle était peu compatible avec l’image de gauche qu’il entendait se donner. 

Il y a donc deux premières éditions du Monde comme si, l’une avec scouts Bleimor, et l’autre sans. 

Cela n’a d’ailleurs pas calmé Stivell qui a continué pendant des années à s’acharner contre ce livre tout en jurant ne pas l’avoir lu. 

Je lui ai opposé une réponse argumentée (qui offre un prolongement au Monde comme si), ce qui ne l’a pas empêché de poursuivre ses attaques et se poser en victime (première caractéristique du militant breton).

*

 Le livre, peut-être n’est-il pas inutile de le rappeler, n’a bénéficié d’aucun article, d’aucune émission, d’aucun compte rendu en Bretagne (au total, un entrefilet dans Le Télégramme, prudemment accompagné d’un article louant un roman d’une militante nationaliste. Les comptes rendus rédigés par deux journalistes, l’un pour Ouest-France, l’autre pour ArMen, ont été interdits par les rédactions). 

Je parle, bien sûr, d’articles dans les médias non directement inféodés au mouvement nationaliste. Dans la presse nationaliste, en revanche, on a assisté à un véritable déchaînement. Pas tout de suite : les militants ont adopté dans un premier temps la stratégie de l’omerta, ce qui m’a valu de passer quelques mois de tranquillité – mais un article dans Le Monde des livres, un autre dans L’Express, une rencontre à l’université de Brest, organisée par des militants syndicalistes, rencontre à laquelle insistaient plusieurs centaines de personnes… et, subitement, dans les jours qui suivent, c’est un déferlement simultané d’attaques (qui n’ont jamais cessé depuis). Non contre le livre, d’ailleurs, car jamais aucun militant n’a pu y trouver d’erreurs factuelles, mais contre ma personne, ma carrière, mes notes d’inspection, mon caractère, mes mœurs, mes fréquentations, mes liens avec l’extrême droite, l’extrême gauche, les complotistes, les lambertistes, les staliniens, les trotskistes, les islamistes, les sionistes, les homophobes, les francs-maçons, les juifs… Quel portrait d’un « mouvement breton » qui se proclame démocrate et n’a de cesse de défendre les droits de l’homme (breton) ! Extrême droite et extrême gauche employant le même langage, le même vocabulaire machiste, comme si ces militants chassaient en meute…

Pour arrêter la meute, il était alors encore utile de faire appliquer le droit de la presse. Condamné pour diffamation, le journal nationaliste Bretagne-hebdo fondé par des terroristes, disparaît mais son rédacteur en chef est immédiatement récompensé : décoré du Collier de l’Hermine par l’Institut culturel de Bretagne (donc sur fonds publics), il pavoise. 

.

.

À compter de la parution du Monde comme si, je disparais des médias bretons, des librairies, des salons et autres lieux où se célèbrent le culte et la vente du livre. Je suis un auteur absent. Mais, croyez-le bien, la censure n’existe pas en Bretagne, le vice-président à la Culture (lui-même autonomiste) s’en porte garant… 

*

Malgré tout, grâce aux lecteurs, le livre continue de vivre. Il passe en collection de poche et connaît encore plusieurs tirages. Soudain, on décide de changer les couvertures des livres de la collection Babel. 

.

La photo perd son sens…

Ça ne fait rien, même sous sa nouvelle couverture, le livre interdit continue de se vendre grâce à la ténacité de libraires héroïques. 

Ainsi le Virgin de Rennes, hélas, disparu depuis, qui a lutté pendant des années contre le vandalisme systématique exercé par les militants bretons…

.

.

*

Or, voici que Sophie Duc, la directrice de la collection Babel, me propose de revoir les fichiers de mes éditions pour qu’ils soient disponibles en cas de retirage et permettent de donner des éditions corrigées. Une amélioration considérable… Portée par l’optimisme, je lui soumets le problème de la couverture du Monde comme si, et, presque aussitôt, je vois arriver une couverture conforme à l’original. Ô bonheur !  Merci, Sophie ! 

Si ce livre vit, c’est grâce aux lecteurs qui continuent de le faire circuler, grâce aux libraires qui continuent de le diffuser, y compris en affrontant invectives et menaces : qu’ils en soient tous remerciés. 

.


[1] Je ne vois pas comment traduire autrement « a ean ». 

Publié dans édition, Le monde comme si | Laisser un commentaire

Des Lieux mouvants aux éditions Mesures

Un bonheur ne venant jamais seul, je découvre que Véronique Hotte, qui était présente à la rencontre du 18 juillet à Lanrivain, n’a pas seulement consacré un article à la traduction du Maître et Marguerite mais toute une page de son blog hotellotheatre (toujours passionnant) à la création des éditions Mesures

Il faut dire qu’elle a été la première (et la seule) à accompagner l’expérience qui a été à l’origine de cette création. En parcourant son blog, je trouve un article précis, bien informé et plein de bienveillance sur Incandescence, le premier spectacle français-russe-breton que j’avais écrit à partir des textes d’Assomption le premier volume de Sur champ de sable. C’était en 2016… Je pensais que les spectateurs partiraient tous, accablés de voir ce spectacle qui ne ressemblait à aucun autre, et en plus sous un soleil de plomb, mais ç’a été tout le contraire et c’est en écoutant les spectateurs venir me parler et me demander les textes que j’ai soudain réalisé qu’il fallait les publier avant qu’ils ne disparaissent avec moi. Mais où et comment ? Je n’ai jamais cherché un éditeur et je n’en connaissais aucun qui puisse publier ensemble quatre livres atypiques.  

Par la suite, Avril a connu un succès plus grand puisque le spectacle a été donné au TGP, au Théâtre du Nord à Lille et va l’être à Calvi, puis au TNP (et, je m’en rends compte, l’article de Véronique Hotte reste, une fois de plus, le seul à avoir rendu compte de ce dépaysement). 

En fait, le meilleur souvenir que nous gardions, Annie, Hélène, André et moi, est celui de Brumaire à Burthulet, voilà deux ans. 

Il restait, pour clore la série, à donner Vigile de décembre comme conclusion d’une synthèse des quatre spectacles, mais le confinement, puis la disparition de Jean Schalit ont tout remis en cause. Il était d’autant plus normal de lui rendre hommage en revenant sur cette aventure peu banale et qui n’est pas terminée : la création des éditions Mesures a été l’occasion d’ouvrir une autre zone de liberté, plus précieuse que jamais. 

Ce sont les rencontres avec le public qui nous ont décidés à franchir le pas et publier, non pas, comme je le pensais, une petite brochure pour accompagner les spectacles, mais de vrais livres, et, qui plus est, numérotés, signés et dédicacés à la demande. Les quatre livres de Sur champ de sable ont été vite épuisés, problème que nous n’avions pas envisagé, et nous en sommes à préparer notre troisième saison, toujours sur abonnement, système amap. Drôle d’aventure… suivie avec une constance vraiment touchante par Véronique Hotte qui n’en sera jamais assez remerciée.

Publié dans article, Éditions Mesures, Poésie, Rencontre, Sur champ de sable | Laisser un commentaire

« Le Maître et Marguerite » aux Lieux mouvants

Salle comble à Saint-Antoine par une journée que l’on aurait dit plutôt faite pour aller se baigner à la plage, assistance amicale et rencontres chaleureuses (à tous les sens du terme) : le courage de Rosalie Tsaï, qui a eu à cœur de nous inviter cette année encore, suite au vœu de Jean Schalit, a été bien récompensé. 

L’expérience de traduction du roman de Boulgakov, Le Maître et Marguerite, acte de résistance à la dictature stalinienne, nous a permis d’aborder aussi la création des éditions Mesures. C’est à la suite du premier spectacle donné aux Lieux mouvants il y a cinq ans avec Annie Ebrel, puis de la création d’Avril qui a été donné ensuite dans de grands théâtres hors de Bretagne (mais pas en Bretagne !), que nous avons eu l’idée de publier les textes que demandaient les spectateurs, de créer une vraie maison d’édition et de donner des recueils de textes miraculeusement sauvés, eux aussi, comme ceux d’Iliazd et de Harms. Nous sommes bien décidés à continuer… 

Et l’on peut trouver sur le blog de Véronique Hotte, éminente critique de théâtre, un bel article sur cette rencontre, sur Le Maître et Marguerite et sur la traduction.

À titre indicatif, je précise que si la nouvelle traduction du Maître et Marguerite a fait l’objet de nombreux articles, aussi bien dans Le Monde, comme le rappelle Véronique Hotte, que dans En attendant Nadeau, L’Autre Quotidien, Le Nouvel Observateur, des journaux allant de L’Humanité à Royaliste et des pages entières dans de grands journaux de Suisse ou de Belgique, sans même parler des vidéos et des rencontres, en Bretagne le silence aura été total : rien là que de banal depuis la parution du Monde comme si, mais le courage de Rosalie Tsaï et de Véronique Hotte n’en est que plus grand, et cela méritait d’être souligné.

Publié dans André Markowicz, Boulgakov, Éditions Mesures, Rencontre, Signature, Traduction | Laisser un commentaire

Garzonval : la honte

Garzonval : le départ des drapeaux

Le 16 juillet a lieu chaque année une cérémonie du souvenir à Garzonval en Plougonver, dans le Trégor, où sept jeunes gens ont été assassinés le 16 juillet 1944 par les miliciens du Bezen Perrot assistant les nazis. C’est l’événement central de Miliciens contre maquisards et c’est aussi cet événement qui a conduit la mairie de Plougonver à publier en 2014 un recueil de témoignages, Garzonval en mémoire, cependant que Charlotte Perry réalisait sur France-Inter trois émissions exceptionnelles (la première, diffusée le samedi 30 août 2014, la deuxième, diffusée le samedi 20 septembre, et la troisième diffusée le samedi 27 septembre). Il est encore possible de les écouter en ligne.

J’ai remis à la mairie de Plougonver l’argent reçu de la vente de Miliciens contre maquisards à la suite de la cérémonie et j’ai passé longtemps aux archives à compléter le travail de mémoire effectué sur place par Alain Michel, adjoint à la Culture, Anne et Thierry Orgeolet qui s’étaient chargés d’assurer la mise en page du livre. Il va de soi que ce travail était assuré bénévolement par tous. Le livre a été mis en vente par la mairie et peut encore être acheté au prix de 10 €. L’argent ainsi réuni a permis de rénover le monument de Garzonval. 

Cette cérémonie, digne et recueillie, provoquait naturellement la fureur des nationalistes bretons – lesquels avaient longtemps nié la présence des SS du Bezen Perrot à Bourbriac, centre de torture, et à Garzonval, lieu d’exécution. En 2019, l’un de ces nationalistes s’est livré à une apologie des assassins du Bezen Perrot, allant jusqu’à écrire qu’assassiner des jeunes résistants après les avoir torturés, c’était « tuer juste » et que les nationalistes bretons enrôlés sous uniforme SS n’avaient pas laissé seulement un utile « souvenir » mais un « avertissement » plus actuel que jamais. Nous avions intérêt à nous méfier. 

On n’ose penser que c’est par lâcheté que toute mention de la présence du Bezen Perrot à Garzonval a été occultée. En 2019, nous avions été nombreux à faire part de notre indignation face au silence à ce sujet et à nous interroger sur ce devoir de mémoire singulièrement biaisé. 

Des enfants de résistants étaient encore présents cette année à la cérémonie. Ils en sont rentrés écœurés : absence de l’ANACR (association de résistants qui organise la cérémonie), mais présence du député Kerlogot, fanatique défenseur de Polig Monjarret, militant nationaliste collaborateur des nazis enfui en Allemagne avec ses amis du Bezen Perrot, ceux-là même qui torturaient et assassinaient à Garzonval et autres lieux. 

En 2016, alors que j’étais invitée à présenter les textes et photos d’Armand Robin au centre GwinZegal de Guingamp, j’avais vu débouler une meute de militants bretons armés de panneaux à la gloire de Monjarret, Kerlogot à leur tête. Ils entendaient m’interdire de parole sur le sol breton car j’avais rédigé une brochure établissant les responsabilités de Monjarret. Cette brochure peut être lue en ligne. Elle a été rédigée à la demande de nombreuses associations dont la protestation contre l’attribution du nom de Monjarret à des lieux public a permis, grâce aux faits que j’avais établis, d’éviter ce scandale.

.

Kerlogot attaque le maire qui, avec le conseil municipal enfin informé, a voté contre l’attribution du nom d’une rue de Guingamp à ce collaborateur des nazis enfui avec le Bezen Perrot.

La mairie de Pommerit-le-Vicomte qui entendait donner le nom de Monjarret à une rue d’un nouveau lotissement vient de renoncer, face aux protestations de plusieurs associations. Et c’est ce moment que choisit ce politicaillon spécialiste du retournement de veste, passé des Verts à la droite puis à la République en marche, pour transformer la cérémonie de Garzonval en opération de retape électoraliste. Un nazi dans une manche, un résistant dans l’autre : jeu gagnant. Et il ose faire un discours sur la liberté sans que personne ne proteste ! Joli courage de ceux qui viennent commémorer l’héroïsme des sept martyrs…

Les jeunes gens assassinés à Garzonval ne se battaient pas seulement contre le nazisme mais contre les nationalistes bretons qui étaient leurs alliés. C’est bien eux que servent l’occultation du passé, le silence sur les véritables assassins et le détournement du devoir de mémoire ainsi trahi et rabaissé. 

Publié dans Bezen Perot, Censure, Garzonval, Histoire, Nazisme, résistance | Laisser un commentaire

Luzel aux Lieux mouvants

Marguerite Philippe

En 1995, j’ai réalisé une exposition qui était destinée à accompagner l’édition des œuvres de François-Marie Luzel, édition en 25 volumes que j’avais mise en chantier avec enthousiasme. Cette édition correspondait au centenaire de la mort de Luzel et devait être l’occasion de le célébrer. Hélas, s’étant rendu compte que je comptais éditer les carnets de collectage de Luzel tels qu’ils étaient écrits et sans les réécrire en breton surunifié, mon directeur de thèse, un nommé Pierre Denis, dit Per Denez, allait mettre fin à sa direction, engager une édition concurrente avec les éditeurs nationalistes dont il était, en fait, le chef et m’assigner à comparaître au Tribunal de Grande Instance de Rennes pour diffamation (en fait, pour avoir simplement dit la vérité, comme le tribunal l’a établi)… Je ne vais pas m’attarder sur l’Affaire Luzel que j’ai déjà évoquée ici en reprenant un article que j’avais intitulé « De la chasse aux socières à la chasse aux trésors ». Mon refus de réécrire les carnets de Luzel allait me valoir d’être mise au ban de toutes les commémorations et célébrations diverses, ce qui ne me dérangeait en rien, mais aussi de n’être pas rémunérée par l’énorme travail qu’avait demandé cette exposition et, pis encore, de la voir exploitée par les nationalistes, y compris, sans ombre de vergogne, par mon ex-directeur de thèse. Et, pour finir, alors que cette exposition avait circulé dans les plus grandes villes de Bretagne et à Nantes, où j’avais pu exposer le rôle capital qu’avait joué Luzel, la Bibliothèque de prêt des Côtes d’Armor, qui en avait la responsabilité, avait subitement décidé de me laisser la reprendre et en faire ce que je voulais. Libre à moi de m’en occuper : elle ne circulerait plus. 

Dieu sait pourtant qu’en 1995, n’étant qu’au début de mes découvertes sur le mouvement nationaliste breton, j’avais été d’une telle modération que cette exposition avait pu être détournée par Denez lui-même. C’était encore trop : incompatible avec la doxa de l’institution, l’exposition était désormais mise au ban. Ce petit exemple montre comment la censure s’exerce en Bretagne et ajoute un chapitre à la page que j’ai consacrée ici-même à ce sujet

*

Si, en 1995, le centenaire de la mort de Luzel avait été célébré avec faste par les nationalistes (qui comptaient en tirer avantage pour le lancement de leur édition destinée à concurrencer et si possible interdire la mienne), le bicentenaire de sa naissance est autant dire ignoré ou confisqué par les nationalistes. L’édition de ses œuvres est passée sous silence – 18 volumes parus aux Presses universitaires de Rennes après avis des comités de lecture et avec l’aide du CNL aux grands projets du patrimoine français : silence, absence, inexistence. L’édition est autant dire épuisée et les carnets de collectage, objet de tant de fureur, ont disparu. Autre exemple du mode de fonctionnement de la censure : ce qui dérange disparaît sans bruit. 

En revanche (autre exemple du mode de fonctionnement de la censure) ce qui est conforme à l’idéologie nationaliste s’impose par l’omniprésence : les bibliothèques des villes où Luzel a vécu et travaillé auraient pu avoir à cœur de mettre à la disposition de leurs lecteurs l’édition scientifique des œuvres de Luzel, une édition de base pour qui s’intéressait à la littérature populaire de Bretagne. Allons donc ! Les bibliothécaires ont acheté l’édition nationaliste faite au kilomètre à partir de copies fautives. Pas une seule bibliothèque du Trégor ne dispose de l’édition complète des PUR. En revanche, le culte de La Villemarqué, père du nationalisme breton, est célébré à grands frais (y compris par l’État français qu’il combattait). Si Luzel sent le soufre, c’est qu’il a eu le courage de dire la vérité au sujet du Barzaz Breiz, composé par La Villemarqué à l’aide de chants soit inventés soit trafiqués.

J’avais déposé l’exposition à la bibliothèque de Morlaix, ville où Luzel avait longtemps été journaliste, car le bibliothécaire en poste comptait la faire circuler et avait fait preuve d’une conscience professionnelle irréprochable. Il a été remplacé, l’exposition est restée à l’abandon et les bibliothécaires qui lui ont succédé n’ont pas même acheté les volumes manquants de l’édition des PUR. J’ai donc repris l’exposition. Je la tiens à la disposition des bibliothèques et autre lieux de Bretagne, mais pas ombre de mention de Luzel à Rennes et à Quimper où sont conservées ses archives, à Brest, à Morlaix, à Dinan et autres villes où il a travaillé… L’interview que j’avais donnée en janvier au sujet de l’année Luzel n’était que trop vraie.   

*

Demain à 16 h, l’exposition sera présentée pendant une journée aux Lieux mouvants à Lanrivain et il faut bien prendre cette brève présentation pour ce qu’elle est : un acte de résistance. 

La publication des Contes de Bretagne en était un autre et, malgré le confinement, elle est presque épuisée, signe que cette résistance n’est pas vaine. 

C’est aussi pour Annie Ebrel l’occasion d’inaugurer sa carrière de conteuse à partir d’un conte donné par la meilleure conteuse de Luzel, Marguerite Philippe, et cela seul vaut tous les hommages que l’on pourrait rendre à Luzel.  

Publié dans Annie Ebrel, Barzaz Breiz, Bretagne, Breton, Censure, chanson, Conte, Éditions Mesures, Exposition, Folklore, gwerz, Histoire, Le monde comme si, Luzel, nationalisme, Rencontre, Signature | Laisser un commentaire

Le traducteur invisible

Tiago et la critique

Après la première d’un spectacle, il faut subir un mal rendu nécessaire par on ne sait quelle instance exigeant ce rituel fatidique : la lecture de la critique. Personnellement, depuis des années, je m’en dispense, mais, cette année, j’ai voulu, par curiosité, me livrer à une sorte de test. 

Lorsque notre traduction de La Mouette avait été mise en scène dans la Cour d’honneur au Festival d’Avignon, j’avais été surprise de constater que, sur des pages et des pages de critique théâtrale, jamais il n’était fait mention de la traduction. Pourtant, la version de La Mouette qui était jouée était celle que nous avions retrouvée en intégrant les variantes, la version qui résultait d’un long travail avec Alain Françon, et qui nous avait permis de révéler la pièce telle que Tchekhov l’avait pensée. Lors de sa création dans la mise en scène d’Alain Françon, cette traduction avait été encensée ; elle avait été publiée et les critiques pouvaient la lire, la relire, la commenter, la citer à loisir. Mais là n’était pas leur propos : il s’agissait de montrer à quel point le spectacle était indigne de ce lieu prestigieux et de se prononcer en rivalisant de férocité mondaine. Curieux style, curieuses mœurs, curieux monde. Les costumes, les lumières, la musique, les accessoires, les tics des acteurs, les partis-pris de la mise en scène, les défauts de Tchekhov, tout était passé au crible. La traduction, elle, n’existait tout simplement pas : Tchekhov avait écrit en français, langue universelle, et il n’y avait pas lieu de mentionner le regrettable truchement qui avait permis de l’entendre. Je m’étais demandée à l’époque si ce silence résultait d’un défaut de communication de la compagnie ou s’il s’agissait là d’un parti-pris et, dans ce cas, explicable par quoi ? La réponse aurait été intéressante pour diverses raisons mais je dois dire que je n’avais pas mené mon enquête bien loin. 

Cette année, puisque l’occasion m’en était offerte, j’ai été tentée de la poursuivre. Édifiant ! À nouveau, une page entière du Monde, un pavé dans Libé, un autre dans Match où le journaliste, qui n’est pas capable d’écrire correctement le nom de Tchekhov, trouve que c’est un auteur verbeux. Quel festival dans le Festival ! Cette fois, j’ai de quoi faire. 

C’est dans ce contexte que vient de paraître l’interview d’Agnès Santi pour La Terrasse. Non seulement elle s’intéresse au texte et à la traduction en général (et elle a lu l’entretien que nous avions donné à l’ENS au sujet de la traduction de La Cerisaie – entretien que j’ai retrouvé et mis en ligne ici) que mais elle nous donne la parole en restituant ce qui pour nous est l’essentiel. Et puis, on a beau dire, la bienveillance a des vertus roboratives.  

Publié dans La Cerisaie, Tchekhov, Traduction | Laisser un commentaire

La Cerisaie : dernier jour

Dire que le 7 mai aux ateliers Berthier commençaient les répétitions de La Cerisaie dans la mise en scène de Tiago Rodrigues et qu’hier soir, avant la générale (devant, quand même mille personnes), avait lieu la dernière séance de notes… 

Et voilà la dernière minute avant le début du spectacle… 

Pour la suite, je vous renvoie à la chronique d’André sur Facebook (moi, comme on dit, je ne « suis pas sur Facebook »). 

Publié dans André Markowicz, La Cerisaie, Spectacle, Tchekhov, Théâtre, Traduction | Laisser un commentaire

Lettres sur cour à Vienne

.

En octobre dernier, nous devions participer au festival Lettres sur cour à Vienne, André Markowicz et moi, pour parler du Maître et Marguerite et des éditions Mesures, et j’avais compris que la librairie Lucioles organisait en même temps des rencontres dans des classes sur la poésie pour enfants, autour de la collection Coquelicot. Puis tout avait été annulé par le confinement et reporté en juin si le festival pouvait avoir lieu. 

Grâce à la ténacité des organisateurs, qui ont accompli un travail exceptionnel pour faire face à des circonstances exceptionnelles, le festival a bien pu avoir lieu. Et il est apparu que je n’avais rien compris au projet pour ce qui me concernait : il ne s’agissait pas de faire découvrir des poèmes mais des contes russes à quatre classes allant de la maternelle au CM2. Panique à bord ! D’autant que la lecture devait être accompagnée par un musicien que je ne connaissais pas. J’avais bien, non pas traduit mais adapté un conte russe illustré par Nathalie Parain, Baba Yaga… 

.

.

et aussi  P’tit-gars-P’tit-doigt illustré par Étienne Beck… 

.

Par la suite, j’en avais écrit deux d’après Afanassiev pour accompagner les pastels d’Étienne Beck, lequel, passionné par les contes russes, avait choisi, d’abord l’étrange conte que j’ai baptisé Le Kraspek

.

.

… puis cet extraordinaire Alionouchka qui met en scène une jeune fille prête à triompher des pires brigands.

.

.

J’avais donc de quoi faire, mais le problème était qu’il fallait lire alors que, selon moi, le conte se dit et ne se lit pas. Il fallait lire et surtout il fallait trouver des contes qui ne soient pas trop compliqués ou trop effrayants pour les petits. Or les contes russes sont très cruels. Après avoir revu tous ces contes, j’ai fini par décider de m’en tenir à Baba Yaga – mais je n étais pas au bout de mes peines car la version de Teffi illustrée par Nathalie Parain comportait des incohérences qui rendaient le conte difficile à comprendre et j’ai vite constaté qu’ il fallait le réécrire. 

Par chance, j’ai soumis le conte au musicien, Jean-Louis Cuenne, qui m’a dit qu’il convenait parfaitement pour les quatre niveaux et qu’il se chargeait de l’accompagner, pas du tout avec des instruments russes, mais avec des instruments venus du monde entier. Et c’est ce qu’il a fait magnifiquement. Accompagner la poursuite de la Baba-Yaga par la boîte à tonnerre était une vraie trouvaille, et je peux dire que Jean-Louis mérite bien son nom de peintre sonoreLes enfants ont été passionnés par ces instruments mystérieux et ils ont écouté avec une attention impressionnante. 

.

*

.

Quatre belles rencontres dans ce lieu magique qu’est la Cour du roi Boson, pour la première fois mise à disposition du festival, et une expérience très intéressante pour moi car si, au début, j’ai lu puisque je pensais que c’était ce qui m’était demandé, au fil du temps, le conte a pris vie et je n’ai plus eu recours au texte écrit, ce qui a été une amélioration considérable : un conte s’intériorise et ne relève pas du domaine de la lecture. Et, d’autre part, le conte obéit à des règles qui ne se transgressent pas sans lui faire perdre sa cohérence : l’exemple de Teffi est parlant ; étrangère au domaine du conte, elle rédige un texte qui a du charme mais qui est du faux conte, comme, hélas, il y en a tant. Ce qui n’empêche pas l’album illustré par Nathalie Parain d’être magnifique, et il est heureux qu’il ait été réédité après avoir été si longtemps épuisé. Il faut rendre hommage au libraire, Alain Bélier, qui pour la librairie Lucioles avait rassemblé tous ces livres de contes et ceux de la collection Coquelicot : c’était la première fois que ces livres étaient présentés ensemble, et comme un ensemble, ce qui montrait leur cohérence. 

.

*

.

Et ce n’était pas tout : il restait à présenter Le Maître et Marguerite, objet premier de nos rencontres, et les éditions Mesures. Là, nouvelle découverte, une rencontre dirigée de main de maître (c’est le cas de le dire) par Michel Bazin, le fondateur de la librairie Lucioles, et non moins magistralement accompagnée par le quatuor Le chant des anches. Nous avions peur de ne pas savoir nous accorder avec les musiciens mais nous avions bien tort, car c’était un magnifique contrepoint. Et nous avons pu rencontrer nos lecteurs avant qu’Alexis et Matheo Ciesla, Anita Pardo et Jean-Luc Brunetti poursuivent la rencontre par un concert qui nous a donné l’impression de poursuivre un voyage mélancolique et joyeux bien digne de Boulgakov. 

.

Publié dans André Markowicz, Boulgakov, Collection Coquelicot, Conte, Éditions Mesures, Lecture, Librairie, Musique, Poésie, Rencontre | Laisser un commentaire

Présentation de saison au TNP

C’était long mais c’était joyeux, précis, respectueux du public qui était venu très nombreux en ce moment de réouverture des théâtres si longtemps interdits. 

.

.

C’était long parce que le programme est d’une incroyable richesse. Inutile de se lancer dans une longue démonstration : mieux vaut feuilleter le programme qui a été mis en ligne (un programme joyeux, lui aussi, illustré par Serge Bloch, avec les photos de Jacques Grison prises dans les ateliers du théâtre). 

.

.

Pour la première fois Avril et L’Oiseau-Loup sont donnés en miroir… suite du travail commencé avec les étudiants du Théâtre de l’Iris pendant le confinement, et suite de la représentation mémorable d’Avril au TGP en 2019.   

Publié dans Bretagne, L'oiseau loup, Poésie, Spectacle, Sur champ de sable, Théâtre | Laisser un commentaire

Ombres blanches

Merveilleuses rencontres à la librairie Ombres blanches… J’observe d’ailleurs qu’il est difficile de trouver meilleure appellation qu’« ombres blanches » pour évoquer notre travail : aussi bien la traduction du Maître et Marguerite, la publication des quatre volumes de Sur champ de sable et celle des œuvres de Harms, d’Iliazd, d’Aïgui et de Luzel aux éditions Mesures relèvent de la démarche même qui a inspiré la création de la librairie comme espace de résistance et de liberté : Boulgakov, interdit de publication, a rédigé Le Maître et Marguerite pendant des années ; les manuscrits de Harms, lui aussi interdit de publication, ont été retrouvés par miracle après sa mort dans les décombres de son immeuble ; exilé, Iliazd a écrit à Paris sans espoir d’être lu et compris sinon après sa mort, et l’infortuné Luzel n’a cessé d’être trahi parce qu’il avait eu le courage d’affronter les nationalistes qui aujourd’hui triomphent. Les volumes parus aux éditions Mesures sont une manière de les faire exister comme la mémoire d’une source détournée, interdite, qui pourrait enfin circuler librement. Et il est particulièrement heureux qu’au moment même où se célèbre (sans moi) le bicentenaire de la naissance de Luzel, sa sœur et lui trouvent place, grâce aux rencontres organisées à Toulouse par Christian Thorel, au milieu d’auteurs qui furent aussi voués à l’ombre et au silence. 

Publié dans Actualité, Boulgakov, Éditions Mesures, Luzel, Poésie russe, Rencontre, Sur champ de sable | Laisser un commentaire