Contes de Provence

Après les Contes de Haute-Bretagne de Paul Sébillot et les Contes de Basse-Bretagne de François-Marie Luzel, les Contes de Provence de Frédéric Mistral reparaissent en collection de poche.

.

.

L’œuvre de Mistral est née de la parole de sa mère, de son plaisir d’écouter le provençal chanté, conté ou raconté et de lui restituer sa poésie en écrivant :  il s’est attaché tout au long de sa vie, à publier dans l’Almanach provençal des légendes, des contes facétieux et de grands contes merveilleux qui forment la plus belle collecte de Provence.

Chose étonnante si l’on considère la dévotion des militants à la cause des langues et cultures minoritaires, cette collecte avait été tout à fait négligée : indifférence à la culture populaire, indifférence à la littérature et à la vie — car Mistral est un excellent prosateur et un observateur très fin de la Provence. Le provençal, voué à disparaître sous l’occitan surunifié, si l’on tient compte du dispositif de la charte des langues régionales, a été magnifiquement servi par Mistral, et je suis particulièrement heureuse d’avoir donné la première édition de sa collecte (avec l’aide de Claude Mauron, dont la biographie de Mistral, à présent introuvable, aurait bien dû reparaître en 2014, pour le centenaire de la mort du plus grand écrivain provençal).

Ce contenu a été publié dans Conte, édition, grandes collectes, Provence, avec comme mot(s)-clé(s) , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *