Poème pour temps de confinement

.

.

Par vos humeurs l’État est gouverné ;

Vos seuls avis font le calme et l’orage ;

Et vous riez de me voir confiné 

Loin de la Cour dans mon petit village.

.

Cléomédon, mes désirs sont contents ;

Je trouve beau le désert où j’habite,

Et connais bien qu’il faut céder au temps, 

Fuir le grand monde et devenir ermite.

.

Je suis heureux de vieillir sans emploi,

De me cacher, de vivre tout à moi, 

D’avoir dompté la crainte et l’espérance.

.

Et si le Ciel, qui me traite si bien,

Avait pitié de vous et de la France,

Votre bonheur serait égal au mien. 

.

François MAYNARD (1582-1646)

.

Ce contenu a été publié dans Actualité, Poésie. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *