Un trou, c’est pour creuser

Un lecteur m’adresse un article sur l’un des livres illustrés par Maurice Sendak que j’ai traduits : très joli article, et qui, chose rare (surtout s’agissant de littérature dite enfantine), prend en compte la traduction.

Nous avions fait ici lors de la parution du livre une sorte de club de traduction qui était plein d’enseignements… Il est agréable de penser que des critiques s’y sont intéressés.

Un trou, c’est pour creuser est le complément d’une autre petite merveille de Ruth Krauss, Ouvrir la porte aux papillons. La méthode de Ruth Krauss, à savoir demander aux enfants de proposer des définitions et les écouter avec complicité en tenant compte des doubles sens possibles qui en font le mystère et la poésie, est bien expliquée dans cet article.

En fait, ce sont des livres qui s’adressent autant aux adultes qu’aux enfants et qui peuvent circuler comme de petits secrets à partager : « Ouvrir la porte aux papillons est une bonne chose »

Ce contenu a été publié dans article, Enfance, illustration, Poésie, Sendak, Traduction, Traduction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *