Plagiat

© françoise morvan

« Au moment où l’on pensait qu’une petite prise de conscience suivie d’un mince espoir d’amélioration allait permettre de mettre en place un début de stratégie en vue de lutter contre le plagiat, éclate la sidérante affaire Amélie Collet suivie de la non moins sidérante affaire Placide Moudoudou », voilà ce que je note dans la dernière des « Chroniques de l’anticoucou » qui ne cesse, hélas, de s’enrichir.

À cela s’ajoute le récit de notre dernière mésaventure en ce domaine, à savoir le « remix » de notre traduction de La Cerisaie, et je compte ajouter au texte « Tchekhov-remix » d’André Markowicz que je viens de mettre en ligne une étude de ce cas, plus sidérant peut-être, en fin de compte, que l’affaire Amélie Collet et l’affaire Placide Moudoudou, par sa banalité, sa normalité anormale, qui fait que le metteur en scène, inspiré, non par Dieu comme Victor Hugo, mais par le Plateau, peut se livrer à des mélanges de traductions en les agrémentant de contresens et les signer avec l’approbation des universitaires, des journalistes, des théâtres et des organismes de tutelle.

À suivre…

Ce contenu a été publié dans plagiat, Poésie, Théâtre, Traduction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *