La découverte ou l’ignorance

Je reçois un message qui m’apprend que le film de Vincent Jaglin, La Découverte ou l’ignorance, sera diffusé pour la première fois sur TVRennes, Tébéo et TébéSud demain jeudi 30 avril à 20 h 35.

Le film a eu le Grand Prix du documentaire historique 2014.

C’est un document tout à fait exceptionnel sur un sujet  tenu dans l’ombre.

Vincent Jaglin évoque l’histoire de ses grands-oncles, militants nationalistes bretons engagés au Bezen Perrot, et ouvre une réflexion sur l’idéologie du mouvement nationaliste breton.

La dernière partie du film ayant été coupée à la demande des producteurs, un débat organisé après le film était supposé permettre d’aborder l’actualité du sujet.

Vincent Jaglin a refusé d’y participer, les  « spécialistes » invités au débat étant Christian Bougeard, l’un de ses étudiants et Jean-Michel Le Boulanger : depuis des années, Christian Bougeard minimise les responsabilités du mouvement nationaliste breton et Jean-Michel Le Boulanger  les réduit à une peau de chagrin. Ce dernier, vice-président du conseil régional en charge de la Culture, écrit, dans son essai, Être breton ? que la « collaboration de quelques-uns » a fâcheusement jeté l’« opprobre sur tout le mouvement breton » innocent de toute compromission... C’est tout dire.

Dans la catégorie « débat breton » (autrement dit, débat permettant de court-circuiter toute possibilité de débat réel sur un sujet breton) nous avons donc toute chance d’avoir un document intéressant.

Le film a donné la parole à l’historien autonomiste Kristian Hamon qui a eu le mérite de reconnaître que le mouvement breton dans sa totalité avait collaboré. Il est vrai qu’il a reconnu aussi la présence du Bezen à Bourbriac, dans un élan de franchise qu’il a par la suite déploré, lançant à ce propos une polémique qui n’est pas sans intérêt non plus pour comprendre le mouvement breton actuel.

En tout cas, il fallait du courage pour mener à bien un tel film, et rompre l’omerta en une période où la réécriture de l’histoire devient la norme.

Voilà quelques informations supplémentaires telles que je les ai reçues…

.

DATES DE REDIFFUSION
(et en replay sur les sites de chaînes)


Jeudi 30 avril : 20h45 et 23h15
Samedi 2 mai : 21h30
Dimanche 3 mai : 15h00
Mardi 5 mai : 15h00, 20h45, 23h15
Samedi 16 mai : 15h00


Vendredi 1er mai : 11:00 et 23:00
Samedi 2 mai : 14h30


Vendredi 1er mai : 14h00
Samedi 2 mai : 18h30
Dimanche 3 mai : 14h30

*

PETIT AJOUT À TITRE DE CONCLUSION

Le film a été présenté enlisé dans un pseudo-débat visant à en court-circuiter le sens. La censure s’est donc doublement exercée :

  1. Par suppression dans le film de la conclusion originale qui faisait le lien avec l’actualité et, entre autres, avec la promotion du nationalisme breton par le lobby patronal soutenu par les élus (sept coupes ont été exigées par les chaînes TVRennes, Tébéo et TV Sud — notamment au motif qu’étant sponsorisées par Produit en Bretagne, elles ne pouvaient pas critiquer ce lobby…).
  2. Par travestissement des faits, à savoir l’habituel travestissement de la doxa autonomiste : le présentateur a commencé par indiquer qu’une infime partie du mouvement breton avait collaboré, minimisation qui interdit toute réflexion sur les faits  réels ; le discours pontifiant des historiens, précédant et suivant le film, ainsi soumis à  la lecture prophylactique des vraies autorités, est venu, comme il fallait d’y attendre, assurer que l’actuel mouvement breton n’a rien à voir avec ce regrettable épiphénomène, le tout aboutissant pour finir à promouvoir l’essai de Jean-Michel Le Boulanger, Être breton ? — lequel dit, en somme, l’exact contraire du film.

Ainsi, une fois de plus, la censure a-t-elle interdit tout débat sur le problème que le film visait pourtant à poser, à savoir la promotion actuelle sur fonds publics d’une idéologie fondamentalement inchangée et qui a conduit des jeunes gens fanatisés à s’enrôler sous uniforme SS, en relation avec l’ensemble du mouvement nationaliste, avec le soutien des prétendus régionalistes modérés qui ont poursuivi leur combat après-guerre à leurs côtés.

Ils récoltent à présent les fruits de ce pseudo-combat breton, et tel est bien le problème qu’il s’agissait d’occulter.

Opération réussie — à cela près que le débat était si ennuyeux que la plupart des téléspectateurs ne l’ont pas suivi ou n’en ont rien retenu. Mais la production massive de discours serviles sert à empêcher que soient posées les vraies questions, et tel était d’abord le but poursuivi.

Censure par suppression, censure par enlisement : rien que d’ordinaire désormais en Bretagne.

Ce contenu a été publié dans Autonomisme, Bretagne, Émissions, Ethnisme, Institut de Locarn, Le monde comme si, nationalisme, politique, résistance, Uncategorized, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La découverte ou l’ignorance

  1. Michel Davesnes dit :

    Bonjour,
    Y-a-t-il un moyen de voir une version non expurgée du film ?
    D’avance merci.
    Bien cordialement
    Michel D’Avesnes

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *