Les trois sœurs

Le 13 novembre, c’était la première des Trois sœurs dans la mise en scène de Claire Lasne Darcueil au Théâtre de la Tempête : suite d’une aventure commencée avec Platonov il y a vingt ans…

J’aurais voulu mettre en ligne les images du film où l’on voit le prodigieux Patrick Pineau interpréter Verchinine, mais je viens de batailler pour y arriver sans une ombre de progrès et donc je me contente de renvoyer vers le site du théâtre. Tous les grands acteurs que j’ai vu interpréter le rôle de Verchinine l’ont rendu convaincant dans son rôle de phraseur et, là, il y a juste une petite ombre en plus qui fait qu’on sent ce qu’il a derrière ses phrases, comme une évidence que Macha a perçue tout de suite… Pfouh, vingt ans pour le comprendre et c’est là sans être là, comme un miracle qui n’attend rien qu’une inflexion, pas même un mot juste. Et quand on pense que des metteurs en scène trafiquent le texte pour l’amener à lui faire dire ce qu’ils veulent ! Ajoutant strate sur strate d’obscurité quand l’interprétation juste rend limpide ce que Tchekhov a pensé donner dans son évidence.

 

Ce contenu a été publié dans André Markowicz, Tchekhov, Théâtre, Traduction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *