Platonov

Bizarrement, au moment même où se posent toutes sortes de questions sur le statut    de l’adaptateur et du traducteur en France, commence le travail sur l’adaptation (et, en l’occurrence, il s’agit d’une véritable adaptation, pensée par le metteur en scène) de Platonov.

Rodolphe Dana et Katja Hunsinger, qui animent le Collectif Les Possédés, étaient partis de notre traduction de l’intégrale de ce manuscrit de Tchekhov adolescent et ils avaient puisé en même temps à une traduction anglaise qui, en bien des occasions, offrait des solutions plus évidentes…

Au bout d’un heure de travail à partir de ces pistes de travail si évidentes, il apparaît que toutes occultent ce que Tchekhov a mis en place, ces menus indices qui mènent à d’autres et qui forment la trame de la pièce jusqu’à sa conclusion. Et Rodolphe, à une semaine du début des répétitions, décide de partir de la traduction que nous venons de revoir pour la publier chez Actes Sud en octobre. Extraordinaire expérience que cette remise du texte en jeu : le traducteur anglais avait normalisé le texte, donnant une impression d’évidence qui simplifiait et, tout à la fois, effaçait les non-dits, en sorte que la situation de jeu n’était plus la même… Travail à suivre.

Ce contenu a été publié dans adaptation, Tchekhov, Théâtre, Traduction. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.