Les éditions Mesures

Ça y est, les éditions Mesures  existent ! 

Une maisonnette d’édition, une sorte de cabane dans les bois comme on en fait enfant et tous les copains s’y retrouvent bien qu’elle soit très, très secrète…

À l’origine, il s’agissait juste de rendre disponibles les livres que les spectateurs demandent après des spectacles et surtout les livres qui composent Sur champ de sable. J’ai exposé ici ce problème : la page intitulée Poésie évoque ce qui sort tout à fait de ce qu’on appelle poésie. 

Démarcher des éditeurs me fatiguait d’avance et, de toute façon, risquait de mener à un contresens. Publier les livres à la demande me plaisait bien mais l’idée de faire de vrais livres a plongé André Markowicz dans un enthousiasme totalement déraisonnable qui ne s’est jamais démenti. La passion de l’encre, du papier, de la composition, bref, l’aspect concret et créatif de l’édition, et le goût de la rencontre avec les lecteurs ont fait le reste. 

Le début d’une grande aventure… 


.

Voilà le premier des quatre livres qui forment le cœur de Sur champ de sable, recueil qui fait partie d’un ensemble de plusieurs livres…  Je dois avouer que les couleurs apparaissent ici tout à fait fausses : le doux papier ivoire a pris une teinte légèrement verdâtre mais que faire, WordPress impose ses lois ! Sur le site des éditions, les couleurs sont plus exactes, heureusement.

Le livre sera disponible pour Avril, le spectacle qui doit se donner le 10 avril au TGP avec Annie Ebrel et Hélène Labarrière. 

Publié dans Traduction | Laisser un commentaire

Le grand dégât national

Comme il fallait s’y attendre, les autonomistes appuyés par le lobby patronal breton se sont mobilisés afin de faire du grand débat national une tribune pour leurs revendications (qui viennent opportunément servir le projet de dérèglementation par la voie de l’autonomie régionale concocté par le pouvoir).

Après Paul Molac, le premier autonomiste élu grâce au soutien de Le Drian et qui siège à l’Assemblée nationale, voilà qu’à Rostrenen, on s’appuie sur trois historiens autonomistes pour exposer ce que doit être l’histoire de Bretagne et faire part du droit des Bretons à la liberté (vous avez pour références l’autonomiste Cassard, l’autonomiste Monnier et l’autonomiste Cornette ).

Le tout se situe sous l’égide du psychiatre Guy Caro, ex-membre du FLB et promoteur du bien-boire en Bretagne. 

Dans le même temps, les nationalistes s’invitent pour défendre ce qu’ils appellent la culture (la réunification indispensable à l’indépendance de la « Bretagne historique », l’autonomie financière et le rôle central accordé au breton comme langue nationale). Tangi Louarn et sa sœur Lena, dignes héritiers de leur père Alan Louarn, sont comme de coutume en tête du « combat breton ». 

Et voici France Culture qui prend le relais via l’émission « La fabrique de l’histoire » : une émission pourtant d’habitude intéressante. Cette fois, c’est l’histoire de Bretagne telle qu’on pourrait la dire vue depuis Locarn (commune où se trouve l’Institut de Locarn, lobby patronal fédérant les plus gros entrepreneurs bretons autour d’un projet d’Europe des régions appuyant une reconquête de l’Europe chrétienne selon les valeurs de la Paneurope et de l’Opus Dei). 

Stupéfiante évocation de la chanson populaire bretonne, réduite à un hommage au Barzaz Breiz : c’est bien le retour du « clan des bardes et des cléricaux » que dénonçait Luzel. Infortuné Luzel, il a totalement disparu. Mes hérétiques recherches faisant suite à ses hérétiques observations n’ont pas droit de cité : le consensus bardique fait loi.  Et Cornette, comme de coutume, fait foi. J’ai montré ici comment il pratique l’art d’exploiter les recherches des autres en les détournant : une méthode historique qui tend à se répandre…

Sur cette base, les journalistes se livrent à une vibrante apologie de la Vallée des Saints : cette pure horreur concoctée par les pires catholiques réactionnaires pour servir un projet de propagande nationaliste bretonne via le tourisme identitaire de masse est présentée sous le jour d’une création spontanée des Bretons natifs si attachés à leurs racines chrétiennes.

Ignorant tout du contexte et du développement du projet, poussé par l’Institut de Locarn (qui est à l’origine du label Produit en Bretagne) les naïfs reporters se sentent tout émerveillés par l’univers si spontanément heroïc fantasy de l’âme bretonne telle qu’elle se manifeste en cet amour du peuple pour ses saints. 

Le peuple ignorait tout de ces saints qu’on leur dresse sous les yeux en taille massive pour démontrer qu’avant les saints du calendrier français, il y avait tout un peuple de saints miraculeux plongeant dans les vertus glorieuses de l’âme celte. C’est du kitch à la MacPherson, Ossian puissance mille, tout en granit, planté là jusqu’à la fin des temps comme pour montrer jusqu’où peut aller la bêtise humaine, la bêtise associée à l’horreur identitaire décuplant les pouvoirs de la laideur. Le tout sur le domaine public, au mépris de la loi de 1905. Et bénéficiant des subsides de la Région, de l’approbation triomphale des élus de tous bords et, en premier lieu, de Jean-Yves Le Drian.  

Je suis allée à deux reprises faire un reportage sur place et l’on peut lire à ce sujet les commentaires d’André Markowicz sur facebook.

Si la propagande pour la Vallée des saints est, en Bretagne, obsédante, envahissante, omniprésente, les médias étant inféodés au lobby de Produit en Bretagne, il est consternant d’entendre sur cette chaîne nationale évoquer les opposants à la Vallée des saints comme quelques égarés, « Parisiens », « élitistes », naturellement incapables de comprendre les Bretons. Dès lors que je critique la néoculture bretonne issue d’Intermarché, de Glon Sanders et des officines nationalistes, moi qui, hélas, suis native de cet endroit précis de la Cornouaille, je suis parisienne ; le critique d’art Jean-Marc Huitorel qui habite à côté de la Vallée des saints et qui a dénoncé à son tour dans les colonnes de Libération cette horreur identitaire est l’objet d’un déchaînement d’invectives, opposant « eux » (les Parisiens, les Rennais, les intellos et leur « clique » payée par l’ État français) et « nous », les vrais, les bons Bretons. Telle est la conclusion de Darcel, rocker illuminé devenu un militant fanatique de la cause bretonne. Essentiellement poujadiste, son argumentation s’appuie sur la dénonciation de la culture des autres, la culture française qui coûte trop cher :  

« Alors, comme nous, les Bretons du bout du monde comme si, nous ne sommes pas revanchards, nous proposons que l’on octroie une autre colline à JMH et à son posse estampillé France Culture. Ils pourraient ainsi créer, en Centre Bretagne, une exposition qui soit enfin artistique, validée par l’État et ses services. Et sans mécénat breton surtout ! Vade retro, rien qu’avec de l’argent public ! Cerise sur le Paris-Brest, chaque jour, avant la fermeture, JMH pourrait donner une conférence d’une heure ou deux, pendant que ses amis vendraient leurs livres sur des tables de camping made in France. Ambiance, rires et affluence garantis ! 

Frank Darcel, président de Breizh Europa » 

Aux yeux de Darcel, comme on le voit, le « posse estampillé France Culture» est l’incarnation même de la culture française qui n’est pas de chez nous et qui coûte trop cher. 

Hélas, force est de constater que France Culture vient appuyer cette folklorisation poujadiste, avec résurrection ou plutôt surrection des totems de la tribu, hymnes et drapeaux, danses rituelles, invocations aux mânes de la nation via le Barzaz Breiz.

On comprend pourquoi La Villemarqué occupe un tel rôle : il n’est plus du tout le faussaire que tous les érudits dénonçaient à la suite de Luzel, mais le vrai père de la nation bretonne. 

Il mériterait qu’on lui dresse une mille et unième statue (ou plutôt une mille et deuxième puisque le site ouvre sur une statue à saint Produit en Bretagne. 

Oui, aussi monstrueux que cela puisse paraître ce site, le Tosen Sant Weltaz, qui était l’un des plus beaux endroits de Bretagne, va être couvert de mille statues cauchemardesques, et non, ce n’était pas un mauvais rêve, le cauchemar est là et bien là pour l’éternité.

Pour qui douterait encore de mes propos, voici un article qui nous annonce que la formation des stagiaires (dépendant de Pôle emploi, donc de l’État) se déroule à l’Institut de Locarn. La formation consiste à étudier le « territoire » et la « culture bretonne ».

Enseignement ou endoctrinement ? Pour en savoir plus, écoutez les émissions de Charlotte Perry, enregistrées à Locarn lors de la pseudo-révolte des Bonnets rouges organisée par le lobby de Locarn. 

Depuis, quelles voix se sont élevées pour dénoncer ce lobby ?

Les émissions de France culture donnent une idée de l’aggravation de la censure. 

Publié dans Traduction | Laisser un commentaire

Tchekhov sur France Culture

Cette semaine, Adèle van Reeth consacre les Chemins de la philosophie à Tchekhov. Lundi, nous avons évoqué Platonov, et aujourd’hui, c’est La Cerisaie

Ces émissions m’ont valu des dizaines de messages et, plus agréable encore, la découverte sur le site du festival de traduction vo-vf de commentaires amicaux.

Et, de plus, grâce à Tchekhov (et à France Culture), j’ai découvert que notre rencontre de l’automne dernier sur la traduction de chansons bretonnes pouvait être écoutée en ligne.

Publié dans Traduction | 4 commentaires

Babel heureuse n° 4

Le dernier numéro de la revue Babel heureuse est paru : j’y ai publié une synthèse de Vigile de décembre et l’on peut entendre en ligne grâce à cette prodigieuse revue hypermédiatique dirigée par François Rannou et Gwen Catala un passage du spectacle que nous avions donné Annie Ebrel, Hélène Labarrière, André Markowicz et moi à partir de ces textes.

Publié dans Poésie | Laisser un commentaire

Poésie, traduction et illustration

Je viens de recevoir le journal Bretagne-Île-de-France où se trouve une interview amicale, occasion de faire le point sur toute une expérience d’écriture dite pour les enfants poursuivie depuis de longues années…

 

 

 

 

Publié dans Collection Coquelicot, comptine, Enfance, enfants, illustration, La ronde des mois, Poésie, Sendak | Laisser un commentaire

L’anthropologie pour tous

 

 

On ne saurait trop louer le travail de Catherine Robert qui, avec une énergie indomptable et un enthousiasme réjouissant, anime OLO, l’AnthropOLOgie pour tous, au lycée Le Corbusier d’Aubervilliers. Merveilleuse rencontre sur le thème de l’identité avec Jean-Loïc Le Quellec, Michel Dréano, Christian Baudelot et Graciela Frigerio.

Voici un bref aperçu du sujet traité :

 

Françoise, Jean-Loïc et Michel (qui chante avec sa guitare) ont, tous les trois, vécu des expériences assez similaires, en croyant naïvement oeuvrer à une reconnaissance identitaire en fréquentant des groupuscules culturels dont ils n’ont pas compris immédiatement qu’ils étaient liés à des mouvements politiques nauséabonds et des constructions intellectuelles et mythologiques fantaisistes. Ces sirènes-là, les écouter sans être fortement attaché au mât risque de conduire l’embarcation de Charybde en Scylla… 

 

Sur le site de l’Anthropologie pour tous se trouve aussi l’annonce de la projection du film de Vincent Jaglin, La Découverte ou l’ignorance, projection qui doit avoir lieu à Saint-Denis, au cinéma L’Écran, aujourd’hui à 16 heures.

C’est la première fois que ce film, qui a eu le grand prix du documentaire historique aux rendez-vous de l’histoire de Blois en 2014, est projeté en Île-de-France.

On peut à présent voir le trailer en ligne…

Autant d’occasions (d’autant plus précieuses que rares) de vaincre la censure.

Publié dans Autonomisme, Bezen Perot, Bretagne, Censure, colloque, Culture, Ethnisme, histoire, Institut de Locarn, Le monde comme si, nationalisme, politique, résistance | Laisser un commentaire

Bonne année avec Bombermaxxx !

 

 

J’avais photographié un ange accordé à des vœux mélancoliques mais non, ce matin, voilà que l’AFP nous offre une merveilleuse leçon d’optimisme.

Ne me demandez pas pourquoi la municipalité de Rennes a choisi d’organiser la ville autour d’une vaste esplanade balayée par les vents tout en décidant de (je cite) « densifier l’habitat », quitte à démolir des centaines de maisons anciennes. Ne me demandez pas non plus pourquoi cette ville qui se veut en tête de la lutte écologique loge chaque année sur cette esplanade une gigantesque fête foraine avec manèges tonitruants, débauche de décibels et de lumières braillardes. Il se trouve des gens qui, pour finir dignement l’année, vont se mettre dans des nacelles en vue d’être balancés à cinquante mètres du sol les pattes en l’air et la tête en bas, ne me demandez pas non plus pourquoi. Cette année, la nacelle s’est bloquée en plein ciel. Les amateurs d’émotions fortes, au lieu de s’émerveiller de cette émotion superforte, ont, annonce l’AFP, vécu un calvaire. Mais les étapes de ce calvaire sont exposées comme autant d’épreuves menant au salut…

 

 

Le journaliste commence par exposer la situation : « Huit Rennais ont passé le réveillon du Nouvel An les pieds dans le vide à 50 mètres au-dessus de la terre ferme dans un manège bloqué pour une défaillance technique. Le calvaire a duré plus de neuf heures pour certains d’entre eux. » Il s’agissait, précise-t-il, de trois adultes et « cinq mineurs de 13 à 17 ans » qui se sont trouvés prisonniers du redoutable BOMBERMAXXX. Vers 20 h 30, le bras de BOMBERMAXXX s’est bloqué, le manège s’est arrêté, « “on a entendu des étincelles, un gros bruit de ferraille, on a imaginé le pire. J’avais peur que les sécurités des harnais lâchent”, a décrit Béatrice, mère de Louna, 13 ans, qui a passé huit heures dans les airs».

La première manifestation d’optimisme se fait jour via les commentaires du patron de BOMBERMAXXX tels que rapportés par l’AFP : en effet, il n’y a pas lieu de s’inquiéter  car c’est « une pièce neuve qui a lâché ». Elle était en parfait état, mais, voulant trop bien faire sans doute, elle s’est bloquée. « C’est un incident technique qui n’était jamais arrivé avant. Heureusement, ça n’a aucune dangerosité pour les clients », explique-t-il.  « La seule difficulté, c’est de les descendre ».

Le tout était, en effet, de les descendre…

Dans un premier temps, on fait appel aux pompiers. Pas n’importe quels pompiers, les pompiers du bien nommé GRIMP (Groupe de Reconnaissance et d’Intervention en Milieu Périlleux). Les cinq pompiers du GRIMP, laissant leur réveillon sans rechigner, tentent l’escalade par le sol, et, là encore, font preuve d’un merveilleux optimisme : vu que leur échelle fait trente mètres, il ne reste que vingt-deux mètres à monter, ce qu’ils s’apprêtent à faire illico, sauf qu’il ne s’agit pas que de grimper, encore faut-il descendre les prisonniers de BOMBERMAXXX.

S’en étant opportunément rendu compte, les pompiers du GRIMP font appel à DRAGON 50, « l’hélicoptère de la Sécurité civile, basé à Granville, dans la Manche » (nous découvrons au passage qu’il n’y a pas d’hélicoptère disponible en Bretagne, mais avec un peu d’optimisme…). De fait, juste avant minuit, DRAGON 50 hélitreuille un secouriste sur la nacelle de BOMBERMAXX, puis un autre secouriste le rejoint, et tous deux harnachent les huit prisonniers pour les faire descendre en rappel.

En bas, on n’oublie pas de regarder l’heure. Ding, dong, bonne année !  « À minuit, tout le monde s’embrasse dans une drôle d’ambiance. On va se réchauffer au bistrot d’à côté, dont la patronne paye une tournée de café aux pompiers» (oui, de café : il ne s’agirait pas que les hommes du GRIMP repartent pompette avec leur grande échelle).  Et puis, l’heure est aux retrouvailles : deux Léo sont dans la nacelle. Or, « accoudées au bar, leurs mères se rendent compte que leurs fils sont nés à trois jours d’intervalle et qu’elles s’étaient rencontrées à la maternité dix-sept ans plus tôt ».  Pour un hasard, c’est un hasard ! Dieu l’aura voulu.  On trinque. Bonne année ! Et bon anniversaire, Léo ! 

« Vers 01 h 30, une bagarre entre des forains et des clients éclate au pied du manège» et tout se poursuit dans la fumée des gaz lacrymogènes : on tousse, on pleure, il ne manque plus que les gilets jaunes, mais ça ne semble émouvoir personne – l’habitude peut-être ?  De toute façon, notez bien, alentour, la fête continue. Allons, tout ça n’est rien, bonne année !

« Un peu après 04 h 00, le premier passager descend enfin. Son arrivée est saluée par une salve d’applaudissements des badauds encore présents ».

Vous pouvez le suivre en direct, et vu du ciel encore, depuis DRAGON 50…

On tend aussitôt le micro à Nicolas, 47 ans, qui vient de « mettre pied à terre ». Il déclare : « Ça s’est relativement bien passé mais depuis deux ou trois heures, ça commençait à stresser dur. L’année prochaine, je reste chez moi avec des petits fours et du champagne. Ou alors je fais la pêche aux canards. »

La pêche aux canards ! Heureusement que ce n’est pas la chasse !

France-info ajoute pour conclure : « Tout le monde a été pris en charge par les pompiers est (sic) emmené dans une salle de spectacle. »

Après les vœux de Macron et les vœux de Poutine à la télévision russe, une petite leçon d’optimisme est toujours bonne à prendre…

Bonne année !

Publié dans Vœux | Laisser un commentaire

Si…

 

 

Je reçois les premiers exemplaires de ma traduction du poème de Kipling If…

Extraordinaire poème, et que, comme tout le monde, je pensais définitivement traduit en français par André Maurois – mais non, pas du tout… Pour en savoir plus long, et suivre mes découvertes, voir la nouvelle page sur le sujet.

Le livre est important pour moi car il s’inscrit dans tout un travail pour faire reconnaître la poésie comme essentielle pour les enfants et tout un travail pour faire reconnaître la traduction comme travail d’auteur (autant dire que ce n’est pas gagné).

L’illustrateur, Gaétan Dorémus, a pris le parti de raconter une histoire en images, histoire d’autant plus fascinante que mystérieuse, et que les enfants peuvent suivre en imaginant toutes sortes de scénarios  dont le poème, en français et en anglais, donne la clé (mais libre à chacun de la trouver ou pas).

 

 

Tous les enfants anglais, naguère encore, savaient ce poème par cœur. Tous les enfants français devraient le savoir aussi (pour sa leçon de courage stoïque, pas édulcorée par André Maurois, et je peux dire qu’il n’était pas simple de restituer cette leçon sans la réduire aux lieux communs attendus). Bref, j’aime bien que le petit bonhomme qui termine le livre donne une idée de ce casse-tête…

 

 

 

C’est l’un de ces livres exceptionnels qui donnent un sentiment d’étrangeté pour mieux se mettre à l’écoute des enfants. Desnos, en son temps, avait ouvert de ces voies…

*

En prime, un très joli article d’une libraire enthousiaste.

 

 

Publié dans enfants, illustration, Poésie, Traduction | Laisser un commentaire

La régression ethniste bat son plein en Bretagne (4)

 

 

Comme pour prolonger nos rencontres aux rendez-vous de l’histoire à Blois, je découvre ce matin (signalé par un lecteur vigilant) un article du Monde qui, d’un côté, me réjouit et, de l’autre, me laisse, une fois de plus, sceptique.

Il me réjouit car, pour la première fois, le rôle de celui que les médias désignent à l’unisson comme l’« ultranationaliste » (ou l’« hypernationaliste ») breton est mis en lumière et ses liens avec la Russie pris en compte – et puis, pour la première fois aussi, le procureur de la République est décidé à agir… Voilà un heureux épisode du feuilleton que je déroule depuis dix ans maintenant, notamment pour le site du Groupe Information Bretagne  où j’en suis les développements avec une constance que rien ne lasse, pas même le dégoût.

Tout a commencé en 2008 quand j’ai découvert qu’un nationaliste breton dissimulé derrière un pseudonyme diffusait des propos racistes tout en me traitant de « militante fasciste ». Bizarre mélange… Sa prose, incohérente, verbeuse, charriait des resucées de lectures restituées au hasard, des lieux communs pris dans le vieux fonds du nationalisme d’après-guerre, des digests mal assimilés, sur fond de haine raciale inspirée par la celtitude mystique plongeant dans le sang pur de l’ethnie à préserver de toute souillure. La nation bretonne était surtout menacée par les Juifs mais aussi par moi, du fait que j’avais publié des contes aux éditions Ouest-France…

Pour ce qui me concernait, cette prose était très proche de celle de Breizh infos, alias Bretagne hebdo, que j’avais fait condamner pour diffamation et qui avait disparu : il me semblait que le rappel à la loi pouvait avoir une vertu salubre et, constatant que mon insulteur tenait des propos antisémites (il appelait notamment à l’instauration d’un statut pour les Juifs), après avoir porté plainte pour moi-même, j’ai fait la synthèse de ses divers articles et j’ai alerté la LDH.

Au terme de longs débats (car, après tout, à quoi bon donner de l’importance à des illuminés ? Ne vaut-il pas mieux les ignorer ? Tout ça a si peu d’importance en regard de la situation des émigrés, etc., etc.), la section de Rennes a fini par constituer un dossier, alerter le service juridique de la LDH qui a porté plainte à son tour. Entre-temps, ma plainte en diffamation avait permis d’identifier un crêpier de Rosporden du nom de Boris Le Lay. Depuis, il ne serait plus identifiable puisqu’il a fait héberger ses sites aux USA. Je ne regrette donc pas d’avoir engagé cette procédure. La LDH, ainsi informée, a pu le faire condamner une première fois à Paris. Nous avons essayé de trouver des journalistes qui s’intéressent à ce procès : en vain.

 

 

 

C’est quand Boris Le Lay s’en est pris sur son site Breiz Atao à des sonneurs noirs que, soudain, les médias se sont mobilisés. Les bons nationalistes qui défendaient Polig Monjarret, le fondateur de Bodadeg ar Sonerion dont faisaient partie les sonneurs noirs, avaient soudain une merveilleuse occasion de montrer comme ils étaient antiracistes et démocrates. Rappeler que Monjarret était un nazi et que Le Lay ne faisait que prolonger l’idéologie de Breiz Atao dont il se réclamait en toute logique fasciste était également inutile : la presse bretonne avait mis au point un concept nouveau, forgé pour Le Lay, à savoir le concept d’« ultranationalisme ». L’ultranationalisme, excessif, comme le nom l’indique, et susceptible de dérives imprévisibles (le cas Le Lay le montre) a pour effet premier de normaliser le nationalisme qui a, lui, figure aimable. Nous avons donc un méchant, raciste, haineux, qui permet aux nationalistes bretons de passer pour ouverts et porteurs d’un projet d’avenir. Ils devraient le remercier.

Comme je le rappelais sur le site du GRIB, au moment où l’« ultranationaliste » était condamné une nième fois, paraissait à l’occasion du salon de livre de Carhaix fondé par des nationalistes une luxueuse anthologie des textes de Breiz Atao – anthologie que l’on trouve désormais dans la plupart des bibliothèques de Bretagne – publiée par les éditions nationalistes Yoran Embanner.

 

 

 

 

Aucun rapport entre ces productions et celles de l’«ultranationaliste » Le Lay ? Mais si : elles reposent sur le même soubassement idéologique, et c’est en toute logique que Le Lay se réclame de Breiz Atao.

Seulement, il est interdit de le dire car cela reviendrait à remettre en cause tout le mouvement breton, au moment même où les élus adoptent son discours, ses symboles et même ses pires références : il n’est que de voir, dernière en date, la cérémonie au cours de laquelle, à Saint-Aubin-du-Cormier, le président du conseil régional, supposément socialiste puisque remplaçant le supposément socialiste puisque élu comme tel quoique plus socialiste Le Drian, venir saluer l’érection d’un archer anglais venu défendre l’indépendance de la Bretagne contre la France hélas victorieuse…

 

Marc Simon, Laurence Jacquet, le maire Olivier Barbette, Le président de Région Loïg Chesnay-Girard et Jérôme Jacquet à côté de l’archer anglais

 

Grotesque, oui, comme la Vallée des saints, comme les lieux de culte identitaire appelés à former une espèce de Breizh parade dont Le Lay serait le chef d’orchestre invisible…

C’est pour cette raison que j’ai évoqué à Blois cet enrôlement de la Bretagne dans une croisade identitaire sous drapeau, croisade identitaire dont il est, en fin de compte, le meilleur atout.

Je me réjouis donc de lire l’article du Monde, mais je constate que le site breiz atao n’est pas même mentionné, que le noyau de l’idéologie de Le Lay, qui n’est pas même qualifié de nationaliste, est ignoré, et qu’une fois de plus, l’action déclenchée contre le site DemocratieParticipative.biz laisse toute analyse idéologique en déshérence.

Nous en sommes toujours au point où, voilà dix ans, face à la section de la LDH, je me heurtais au mépris de ceux qui considéraient que tous ces, comment dire, régionalistes, autonomistes, séparatistes bretons étaient des illuminés à laisser de côté sans leur donner une importance qu’ils n’avaient pas. S’ils ne l’avaient pas, ils l’ont prise, et sans attendre qu’on la leur donne.

C’est la lâcheté, l’indifférence et l’aveuglement qui font le lit du fascisme, puis cette certitude d’avoir à regarder ailleurs au moment où il s’agirait d’agir.

En tout cas, voici cet article tel qu’on peut le lire en ligne:

 

 

LE MONDE |  18.10.2018 à 00h53 • Mis à jour le 18.10.2018 à 08h39 |Par  Elise Vincent et Martin Untersinger

C’est une première en France. Le procureur de la République de Paris, François Molins, a assigné en référé les opérateurs de télécommunications afin qu’ils bloquent un site internet d’extrême droite publiant des contenus haineux en ligne, a confirmé au Monde une source proche du dossier, mercredi 17 octobre.

Cette démarche inédite sur la Toile, résultat de mois d’aléas judiciaires, est particulièrement portée par la délégation interministérielle à la lutte contre le racisme, l’antisémitisme et la haine anti-LGBT (Dilcrah), organisme rattaché au premier ministre.

En vertu de cette assignation, neuf opérateurs, dont les quatre principaux – SFR, Orange, Free et Bouygues Telecom – sont assignés, le 8 novembre, au tribunal de grande instance de Paris, dans le cadre de cette procédure d’urgence.

L’objectif :  constater le trouble « manifestement illicite » causé par ce site, selon les mots du parquet de Paris, et ordonner de cette façon le blocage de l’accès à la plateforme dans un délai de quinze jours, sous astreinte de 10 000 euros par jour de retard.

Un site sans équivalent à l’extrême droite

Le site en question porte très mal son nom : il s’appelle « DemocratieParticipative.biz ». Sur ses pages se déploie une litanie d’articles et de vidéos antisémites, homophobes, antimusulmans et racistes.

Ce site, qui se revendique « le plus lu par les jeunes blancs décomplexés », agonit aussi régulièrement d’injures divers responsables politiques et personnalités médiatiques. Au point de servir souvent de base arrière à des campagnes de harcèlement numérique d’une rare violence. Par sa radicalité, « DémocratieParticipative.biz » n’a pas d’équivalent dans la nébuleuse d’extrême droite.

Bien que repéré depuis de longs mois, l’activisme du site, créé en 2016, défiait tous les recours juridiques. Les divers signalements effectués par Frédéric Potier, le préfet délégué à la tête de la Dilcrah, par la voie de l’article 40 au parquet de Paris, ne trouvaient pas d’issue judiciaire. Même chose pour près d’une dizaine d’enquêtes diligentées par différents services de police après des signalements sur la plateforme Pharos du ministère de l’intérieur dédiée aux contenus illicites circulant sur le Web, ou des plaintes déposées dans différents départements de France.

Un hébergement américain

Les autorités françaises – ainsi que plusieurs particuliers et associations – ont bien essayé de contourner ces échecs en tentant de limiter l’impact de « DemocratieParticipative.biz » en le faisant par exemple supprimer des résultats de recherche Google. La Dilcrah a même obtenu, en janvier, la disparition de la page d’accueil de « DemocratieParticipative.biz » du moteur de recherche. Une solution néanmoins très partielle, puisque le site est resté en ligne.

Au cœur du problème : le lieu d’hébergement de « DemocratieParticipative.biz ». Pour abriter sa structure, le site a depuis ses débuts recours à une société américaine, Cloudflare. Celle-ci n’a jamais donné suite aux réquisitions françaises. Elle s’abrite derrière le premier amendement de la Constitution des Etats-Unis, qui protège de façon extensive la liberté d’expression, et derrière l’absence de contrainte légale l’obligeant à répondre à des autorités judiciaires autres qu’américaines.

 LIRE AUSSI :   La guerre discrète de la « preuve numérique »

Autre difficulté : l’identification et l’éventuelle interpellation de l’administrateur du site. D’après une note conjointe de la Direction générale de la police nationale (DGPN) et de la préfecture de police (PP) datant d’avril, que Le Monde a pu consulter, de nombreux éléments permettent de penser u’il s’agit d’un militant d’extrême droite d’origine bretonne très connu de la « fachosphère » : Boris Le Lay, né à Quimper et âgé de 38 ans, suivi sur Facebook par plus de 120 000 personnes et par plus de 10 000 abonnés Twitter.

Des soupçons sur une figure de proue de la « fachosphère »

Selon cette note de la DGPN et de la PP, « plusieurs éléments concordants »désignent en effet M. Le Lay. Le plus fiable étant une adresse IP commune à DemocratieParticipative.biz et à deux sites ouvertement gérés par ce militant, signe que les trois plateformes étaient présentes sur le même serveur informatique. Un élément qu’a pu confirmer Le Monde de façon indépendante.

Fin septembre 2017, la fachosphère avait brui de la « censure » de DemocratieParticipative.biz : il avait, effectivement, disparu du Net, sans explications. Fait troublant, les deux sites appartenant à M. Le Lay se sont évaporés au même moment.

Or sur sa page VKontakte, un réseau social russe, M. Le Lay avait alors répondu à une admiratrice qui s’inquiétait de la disparition de DemocratieParticipative.biz : « On doit reconstruire l’architecture », écrivait le militant. Quelques jours plus tard, ces trois sites changeaient d’hébergeur, et pratiquement en même temps, selon les données techniques consultées par Le Monde.

  1. Le Lay est loin d’être un inconnu pour les services de police. Il a de nombreux antécédents judiciaires pour« diffamation », « apologie de crime », ou « injure », et a été plusieurs fois condamné, entre 2011 et février 2018. Son parcours militant est aussi éloquent. D’abord engagé dans un groupuscule indépendantiste breton proche de l’ultradroite identitaire, Adsav (Renaissance), il fonde, en 2006, l’association Breizh-Israël qui a pour objet « la promotion des liens entre l’Etat d’Israël, la communauté juive mondiale et les Bretons ». Il bascule plus tard dans l’antisémitisme en rencontrant l’essayiste nationaliste Hervé Ryssen. Il s’occupera aussi un temps « des relations avec l’Europe » du Mouvement des damnés de l’impérialisme du très controversé Franco-Béninois Kemi Seba.

Treize mandats de recherche et une fiche S

Aujourd’hui, la justice bute toutefois sur la fuite au Japon de M. Le Lay. Malgré les treize mandats de recherche et la fiche « S » dont il fait l’objet pour son appartenance à la mouvance d’extrême droite radicale, impossible jusqu’à présent d’obtenir son extradition.

Ces mandats ont été émis pour « injures publiques envers un particulier en raison de sa race, religion, ou origine par parole, écrit, image, ou moyen de communication au public par voie électronique ». Mais il faudrait que M. Le Lay soit contrôlé sur le territoire français ou européen pour qu’ils soient exécutables.

En janvier, une notice rouge d’Interpol a fini par être diffusée pour qu’il puisse être interpellé à l’étranger, dans d’autres pays. Mais la valeur accordée à ces notices varie selon les Etats. Pour des raisons propres à son droit national, le Japon ne peut procéder à une arrestation demandée par d’autres pays membres. Il n’existe, en outre, pas de convention d’extradition entre la France et l’Archipel. Les services de police de l’Hexagone s’inquiètent enfin du fait que M. Le Lay ait pu obtenir, entretemps, la nationalité japonaise. Bref, un casse-tête qui explique la décision du parquet de Paris d’employer les grands moyens.

 

27 novembre

Le TGI de Paris bloque le site DemocratieParticipative. Le site breizatao reste actif. Et, comme de coutume, on évoque à ce propos « l’ultranationaliste ».

Le fait que les activités de Le Lay soient une expansion de l’idéologie de Breiz Atao semble voué à passer pour donnée adventice…

 

 

Publié dans Antisémitisme, Autonomisme, Bretagne, drapeau, Ethnisme, Institut de Locarn, Le monde comme si, nationalisme, politique, Racisme, ultralibéralisme | Laisser un commentaire

Rendez-vous de l’histoire à Blois

 

 

Samedi 13 à 11 h 30, je participe à une table ronde sur le beau sujet Servitude volontaire et séduction des images. 

 

 

Ce que je vois se passer en Bretagne me semble bien répondre à la problématique. J’interviendrai avec Aurore Chéry, Olivier Le Troquer et Didier Nativel.

 

Publié dans Autonomisme, Bretagne, Conférence, histoire, Rencontre | Laisser un commentaire